Article de presse

http://www.nordeclair.fr/info-locale/les-metiers-a-l-honneur-a-l-ecole-concorde-ia79b0n39524 :

 

Les métiers à l'honneur à l'école Concorde

 

Publié le 26/06/2012

Par Nord Eclair

 

 

 

 

 

 

 

Toutes les classes, des tout-petits aux grands, ont offert un magnifique programme à papa et maman.

 

 

 

 

 

 

 

 

Samedi matin, les enfants de l'école Concorde avaient rendez-vous avec le géant Guillem pour décliner les métiers en chansons. Au programme : Les facteurs de Jaques Tati, Les pompiers de Sacha Distel ou la musique des Temps modernes de Charlie Chaplin. Après le spectacle, retour à l'école pour la kermesse et la distribution des livres de fin d'année offerts par la municipalité.w
FRANCIS MUYLAERT (correspondant local)

 

http://www.nordeclair.fr/info-locale/le-ciel-pleure-mais-les-villageois-rient-ia79b0n48244 :

 

Le ciel pleure mais les villageois rient

 

Publié le 15/07/2012

Par Nord Eclair

 

 

 

Ci-dessus, le géant Guillem emmène les enfants vers la place du  8 Mai où les ballons ont été lâchés. Ci-dessous, malgré la pluie, Jocya Vancoillie a tenu à mener le défilé.

 

 

 

 

 

Le mauvais temps n'a pas entamé la bonne humeur des Willémois. Pendant deux jours le village a célébré la fête nationale. D'abord avec un lâcher de ballon et un bal populaire, puis un défilé en fanfare et enfin un dépôt de gerbe.

Vendredi soir, les festivités du 14 juillet ont démarré par la remise aux enfants de ballons gonflés à l'hélium. Le cortège parti du complexe sportif et emmené par le géant Guillem et son chien Cherloutte a terminé sa course sur la place du 8 Mai où les ballons ont été lâchés. La soirée a continué avec un bal populaire.
Hier, sous une pluie soutenue, Jocya Vancoillie a tenu son traditionnel discours du 14 juillet devant le monument aux morts. Après y avoir déposé une gerbe de fleurs, la maire a respecté une minute de silence, accompagnée d'une trentaine d'administrés. Malgré la solennité du moment, les marcheurs du défilé avaient du mal à cacher un certain soulagement une fois logés au sec dans le restaurant municipal, où un deuxième discours les attendait, nécessaire introduction à la remise des dictionnaires aux ex-élèves de CM2 qui rentreront l'année prochaine en classe de 6e.w

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.nordeclair.fr/info-locale/les-memphis-revival-en-concert-a-la-brocante-ia79b0n69130 :

 

Les « Memphis Revival » en concert à la brocante

 

Publié le 25/09/2012

Par Nord Eclair

 

 

 

 

 

 

 

Moment rock'n'roll à Willems avec Memphis Revival. Les quatre musiciens ont revisité les standards du rock.

 

 

 

 

 

 

 

 

Dimanche, la foule était au rendez-vous pour écouter le groupe Memphis Revival sur le parvis de l'église de Willems. Les badauds, qui flânaient à la brocante, ont pu profiter des grands standards du rock, interprétés par Memphis Revival, quatre musiciens au répertoire bien rôdé, mêlant country, rock'n'roll, blues... Et, comme le groupe aime à le rappeler, la voix du chanteur n'est pas sans rappeler la voix du King, Elvis Presley.
Cette année, la brocante de Willems a attiré un public encore plus nombreux, entre promeneurs curieux et chineurs avertis, malgré un temps frais.
Et au milieu des brocanteurs, s'étaient installés le géant de la commune, Guillem, un manège, plus le concert... De quoi occuper petits et grands et donner une autre couleur à la braderie.w
C.T. (correspondante locale)

 

 

 

Pour le prochaine article, je tiens a remercier Florent Moreau pour son implication dans son article  :

 http://www.lavoixdunord.fr/region/julien-joly-des-defiles-a-pas-de-geant-avec-guillem-jna24b0n1067695

 

Julien Joly, des défilés à pas de géant avec Guillem sur les épaules

 

Publié le 02/03/2013 - Mis à jour le 02/03/2013 à 02:37

Par La Voix Du Nord

| WILLEMS |

Au rassemblement des géants, ce week-end à Tourcoing, il y aura Guillem, le géant de Willems. Et sous le géant de Willems, il y aura Julien Joly, son porteur. Il nous raconte ce qui se passe, sous la jupe des grands.

 

 Julien Joly, ses amies Raphaëlle et Johanna, à côté de Guillem et de son chien Cherloutte.

 

PAR FLORENT MOREAU

flomoreau@lavoixdunord.fr PHOTOS « LA VOIX »

On a longtemps eu l'impression que les ados d'aujourd'hui étaient bigrement grands pour leur âge. Jusqu'à ce jour (mardi), où l'on est tombé nez à jupe avec Guillem, 12 ans, 3,60 mètres. Un grand blond sans chaussure noire, sans chaussure du tout en fait, et porté par Julien Joly, 20 ans, 1,80 m.

Guillem de Willems a été créé en 2001, à l'initiative de son père, Bertrand Joly, qui l'a porté sept ans avant de passer la main. Soit une première vie courte, mais bien remplie : Guillem a trouvé le temps d'épouser Épona, une fille de Villeneuve-d'Ascq - « avec qui il est toujours marié d'ailleurs, précise Julien Joly, c'est pas courant de divorcer chez les géants » - et d'adopter un chien : Cherloutte, 1 mètre au garrot.

Après avoir longtemps été le porteur de Cherloutte - époque où il était trop petit pour un géant -, Julien Joly a ressorti fin 2011 Guillem de son gigaplacard. Pour lui offrir une seconde vie et « pour pas qu'il soit oublié par tous. » Depuis, le jeune homme et les membres de son association, les Amis de Guillem, effectuent en moyenne une sortie par mois.

Il dit : « Porter un géant, c'est incarner un autre personnage. Quand on est à l'intérieur, on se vide la tête. On est un peu caché, on a la sensation qu'on peut faire ce qu'on veut. » Julien Joly, par ailleurs étudiant en BTS de comptabilité et responsable du théâtre pour jeunes à Willems, fait ça « histoire de s'amuser ». Parce que les défilés de géants, « ça se fait avec des accompagnateurs, y'a toujours la musique qui va avec » et à la fin, « on est pris dans un truc joyeux. » D'un point de vue pratique, le géant se détache en deux parties, se déplace dans la camionnette municipale de Willems, et se monte en quelques minutes.

Cherloutte prend moins de place, « il peut monter dans ma C2 ». Détail qui n'en est pas un, Julien Joly nous apprend qu'il est possible de laver les vêtements de géant. On imagine la machine à laver immense, mais on n'y connaît rien : « Ça se lave en plusieurs machines, les manches sont détachables. » Là-dessus, il faut aussi être capable de faire valser le géant. « Guillem, précise son porteur, c'est vraiment le géant idéal, car il n'est pas trop lourd (40 kg, ndlr) et en même temps, il est assez haut. » Ceci dit, porter le colosse n'est pas chose aisée : « Le plus difficile, c'est de trouver l'équilibre, explique Julien Joly. Quand on est statique, ça va, mais quand on marche ou on danse, c'est pas la même chose. Il faut savoir où placer les mains, à quel moment tourner.... Et les 40 kilos, il faut quand même les soulever. » Car il en va des géants comme des hommes de pouvoir : ils n'ont peur que d'une chose, la chute.

Chute

Ces choses-là arrivent. Le vice-président de l'association, autre porteur de Guillem, en a fait l'amère expérience, malgré dix ans de pratique. «  Il s'est pris un sac plastique dans les pieds, raconte Julien Joly, et il est tombé. C'était un peu après le mariage, le géant a eu la main cassée. » Une broutille, comparée à la mésaventure de sa dulcinée : « Il faut savoir qu'Épona est tombée elle aussi, et elle a été décapitée. Il a fallu lui refaire tout le corps. » Même pas mal, en vrai ! Parce qu'un géant « ne peut jamais mourir », assure le jeune homme : « Il peut être en sommeil, mais il est immortel ». Pour le sommeil, on verra plus tard : ce week-end à Tourcoing, c'est la grand-messe des géants.  •  

Week-end géant, samedi et dimanche, dans le centre-ville de Tourcoing.

 

Cet article a été édité aussi dans Nord éclair, nous remercions la voix du nord et nord éclaire pour  leurs implications pour la culture et traditions des petites communes :

http://www.nordeclair.fr/info-locale/julien-joly-grande-passion-jna79b0n162084

 

Julien Joly, grande passion

 

Publié le 02/03/2013 - Mis à jour le 02/03/2013 à 06:42

Par Nord Eclair

| PATRIMOINE WILLEMS |

Julien et Raphaëlle en train de remonter Guillem, comme ils le feront ce matin à Tourcoing.

 

 

Au rassemblement des géants, ce week-end à Tourcoing, il y aura Guillem, le géant de Willems. Et sous Guillem, il y aura un porteur... qui nous raconte ce qui se passe sous la jupe des grands. On a longtemps eu l'impression que les ados d'aujourd'hui étaient bigrement grands pour leur âge. Jusqu'à ce jour (mardi), où l'on est tombé nez à jupe avec Guillem, 12 ans, 3,60 m. Un grand blond sans chaussure noire, sans chaussure du tout d'ailleurs, et porté par Julien Joly, 20 ans, 1,80 m.
Guillem de Willems a été créé en 2001, à l'initiative de son père, Bertrand Joly, qui l'a porté sept ans avant de passer la main. Soit une première vie courte, mais bien remplie : Guillem a trouvé le temps d'épouser Epona, une fille de Villeneuve d'Ascq - « avec qui il est toujours marié d'ailleurs , précise Julien Joly, c'est pas courant de divorcer chez les géants » - et d'adopter un chien : Cherloutte, 1 mètre au garrot. Après avoir longtemps été le porteur de Cherloutte - époque où il était trop petit pour un géant -, Julien Joly a ressorti fin 2011 Guillem de son gigaplacard. Pour lui offrir une seconde vie et « pour pas qu'il soit oublié par tous. » Depuis, le jeune homme et les membres de son association, les Amis de Guillem, effectuent en moyenne une sortie par mois. Il dit : « Porter un géant, c'est incarner un autre personnage. Quand on est à l'intérieur, on se vide la tête. On est un peu caché, on a la sensation qu'on peut faire ce qu'on veut. » Julien Joly, par ailleurs étudiant en BTS de comptabilité et responsable du théâtre pour jeunes à Willems, fait ça « histoire de s'amuser ». Parce que les défilés de géants, « ça se fait avec des accompagnateurs, y'a toujours la musique qui va avec » et à la fin, « on est pris dans un truc joyeux. » D'un point de vue pratique, le géant se détache en deux parties, se déplace dans la camionnette municipale de Willems, et se monte en quelques minutes.
Cherloutte prend moins de place, « il peut monter dans ma C2 ». Détail qui n'en est pas un, Julien Joly nous apprend qu'il est possible de laver les vêtements de géant. On imagine la machine à laver imense, mais on n'y connaît rien : « Ça se lave en plusieurs machines, les manches sont détachables. » Là-dessus, il faut être capable de faire valser le géant. « Guillem, précise son porteur, c'est vraiment le géant idéal, car il n'est pas trop lourd (40 kg) et en même temps il est assez haut. » Ceci dit, porter le colosse n'est pas pour autant évident. « Le plus difficile, c'est de trouver l'équilibre, explique Julien Joly. Quand on est statique, ça va, mais quand on marche ou on danse, c'est pas la même chose. Il faut savoir où placer les mains, à quel moment tourner.... Et les 40 kilos, il faut quand même les soulever. » Car il en va des géants comme des hommes de pouvoir : ils n'ont peur que d'une chose, la chute.
Chute Ces choses-là arrivent. Le vice-président de l'association, autre porteur de Guillem, en a fait l'amère expérience, malgré dix ans de pratique. « Il s'est pris un sac plastique dans les pieds, raconte Julien Joly, et il est tombé. C'était un peu après le mariage, le géant a eu la main cassée. » Une broutille, comparée à la mésaventure de sa dulcinée : « Il faut savoir qu'Epona est tombée elle aussi, et elle a été décapitée. Il a fallu lui refaire tout le corps. » Même pas mal, en vrai ! Parce qu'un géant « ne peut jamais mourir », assure le jeune homme : « Il peut être en sommeil, mais il est immortel ». Pour le sommeil, on verra plus tard : ce week-end à Tourcoing, c'est la grand-messe des géants. t Week-end géant, samedi et dimanche, dans le centre-ville de Tourcoing.  

 

 

Steenwerck : Totor a fêté ses 35 ans par une belle journée Stop          

Publié le 03/10/2013

Par La Voix du Nord

                                   

C’était la fête ce week-end à Steenwerck.

                 

    

 
 
 
 
 
 
 
 

              

 

 

 

                      Totor a dignement fêté son anniversaire, dimanche, à l’occasion de la journée Stop. Ses amis avaient répondu à l’appel du carnaval et ont paradé dans les rues de la commune avant le rigodon final sur la Grand-place.

À tout seigneur tout honneur, Totor menait la troupe. Derrière lui, les enfants déguisés en princesses ou en pirates arboraient fièrement leurs lampions multicolores. Guillem et Cherloutte de Willems, le Caou de Merville et Jehan d’Estaires précédaient les « petits hommes verts » de l’harmonie municipale qui donnaient le rythme de la balade. Derrière, la Belle Hélène de Steenvoorde attirait les regards, suivie par Isidore de Lezennes, Miss Cantine et Tiot Dédé de Nieppe. Odin de Sailly-sur-la-Lys n’est pas passé inaperçu avec ses compères vikings, ses danseuses et son cracheur de feu. Chope à la main, Raoul de Godewaersvelde fermait la marche dans la bonne humeur.

Comme à l’accoutumée, le musée de la Vie rurale a ouvert ses portes. La découverte était associée à la détente, la terrasse de l’estaminet faisant le plein sous le soleil et le groupe de danses flamandes Vonchelle assurant le spectacle. Non loin de là, Jean-Sébastien Houvenagel, maréchal-ferrant à Flêtre, ferrait un cheval de traie bien installé dans son travail.

Gaëtan Cesteleyn d’Erquinghem-Lys a quant à lui assuré une démonstration de coutellerie à la forge. Insérant la lame dans le foyer de forge, il la rend modelable grâce à une chauffe à 900 degrés. Elle est ensuite façonnée au marteau et « normalisée », c’est-à-dire chauffée à 700 degrés pour affiner le grain de l’acier. La « trempe » (dans de l’eau ou de l’huile) permet de refroidir brutalement l’acier pour le durcir. «                      Mes parents ne voulaient pas que j’achète de couteaux, j’en ai donc fabriqué moi-même                      », se souvient Gaëtan Cesteleyn. Une passion née très jeune qui lui a permis d’acquérir un savoir-faire aujourd’hui rare.                      C. C. (CLP)                

Retrouvez plus de photos

sur notre site Internet.

 

Ajouter un commentaire